Trois brèves

  • Nouveau numéro de la Quarterly Conversation de Scott Esposito, qui intéressera particulièrement les amateurs de Roberto Bolaño : on y trouve un article sur la géométrie de ses fictions par Javier Moreno – l’homme qui a créé le fameux triangle enfermant l’œuvre bolanesque-, un autre sur les raisons du succès grandissant de l’auteur outre-atlantique, ainsi que des entretiens avec ses deux traducteurs, Chris Andrews et Natasha Wimmer (si quelqu’un a l’email de Robert Amutio, faut me faire signe…). En plus, la Conversation propose des critiques des nouveaux livres de DeLillo (bientôt ici aussi), Alarcon et Markson.
  • On finira avec Fausto qui est dans un creux actuellement : rythme de lecture ralenti, difficultés d’écriture, activités dans le monde du dehors. Please bear with me, ça redémarrera comme avant bientôt, j’espère. En plus de « Falling Man » on reparlera de Barth, de Matthew Sharpe et puis, à la rentrée, de Vollmann – dont j’ai reçu récemment les épreuves de l'étude sur Copernic, « Décentrer la terre », à paraître fin août chez Tristram.

 

2 commentaires:

  1. Pedro Babel said,

    On a tous nos petits creux à un moment ou l'autre : indigestion de mots (ça arrive), vies parallèles soudain plus trépidantes, problèmes techniques... Allez courage! Quant à l'écriture, personnellement quand ça coince sur un papier c'est qu'inconsciemment je cherche trop à faire "academic" ou "officiel", alors je laisse juste couler ma pensée au fil de la tape sur le clavicorde électronique, et en général à partir de ma pensée "en ricochets" je finis par trouver ce que je veux et le papier se fait de lui-même. Ecrire avec la tête, c'est essentiel, mais de temps en temps ça ne fait pas de mal d'écrire un peu juste au rythme des battements du coeur - surtout quand la musique cardiaque a été accélérée par un trés beau texte.

    on 10:11 PM


  2. ecaterina said,

    Passez un bel ete, cher "Alchimiste", nous vous attendons avec impatience a la rentree.
    Et si, malgre le soleil, vous avez encore le spleen, n'oubliez pas qu'on est la!

    on 9:01 PM


Clicky Web Analytics